Déclaration finale à l’issue des 4 heures contre la précarité

, par Marc Champesme

À l’occasion de la remise du rapport sur l’enquête précarité à la ministre mardi 16 février, l’intersyndicale appelle les personnels à soutenir la délégation en venant se rassembler devant le ministère de l’ESR de 13h30 à 15 h.

Conférence de presse contre la précarité 8 février 2010

Déclaration finale

L’extension massive de la précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur, la multiplication des contrats « atypiques », les pratiques de licenciement avant l’obligation de passage en CDI et la dégradation des conditions d’emploi des CDD nécessitent une riposte de grande ampleur de la part des personnels dans leur ensemble, qu’ils soient titulaires ou précaires.

Les organisations syndicales et associatives de l’enseignement supérieur et de la recherche appellent l’ensemble des personnels à prendre connaissance des résultats de l’enquête précarité et à se réunir dans les labos, UFR et services afin de multiplier les démarches pour faire connaître cette situation scandaleuse. Tous ensemble, nous nous engageons à construire des actions collectives pour que le printemps 2010 fasse sortir les précaires de l’invisibilité et soit celui de la lutte pour un emploi stable.

Depuis de trop longues années, les universités et les centres de recherche fonctionnent avec des emplois précaires. Mais, l’augmentation des financements des projets de recherche par appels d’offre, en particuliers de l’ANR, la contractualisation des universités et les décisions politiques qui suppriment les emplois de titulaires et accélèrent la déréglementation ont conduit à l’extension inadmissible de la précarité. Nous exigeons la création de postes statutaires avec la titularisation sur place des précaires de longue durée, qu’ils travaillent dans les universités ou les établissements de recherche. Le gouvernement doit arrêter les fausses promesses et engager des négociations.

La situation réelle des personnels précaires doit être immédiatement améliorée. Les contractuels des établissements publics ne peuvent plus vivre avec si peu de droits. Il est temps de mettre fin aux petits contrats qui se succèdent, à l’absence de reconnaissance de la qualification et de l’expérience acquise, aux salaires bloqués, aux droits sociaux non appliqués. Nous appelons toutes les forces syndicales et associatives dans chaque établissement, chaque région, et l’ensemble des titulaires à examiner chaque situation concrète des précaires. Nous les appelons à exiger auprès des administrations locales et nationales l’arrêt des abus et la mise en œuvre des dispositions collectives les plus favorables.

Aider les précaires à sortir de l’invisibilité est de la responsabilité de tous, sans la solidarité active des titulaires leur lutte sera plus difficile. Nous appelons tous nos collègues titulaires à mettre fin aux pratiques discriminatoires qui perdurent dans trop de lieux de travail. C’est aussi en modifiant nos comportements que nous mettrons un coup d’arrêt à toutes les mesures de dévalorisation qui frappent nos collègues précaires. C’est en améliorant leurs conditions de travail et en les défendant devant les directions, que nous améliorerons les conditions de travail de tous.

Ensemble, nous imposerons des démarches collectives pour combattre les politiques d’individualisation et de mise en concurrence des salariés, pour obtenir un plan pluri-annuel de création d’emplois statutaires, pour en finir avec la précarité.

Paris le 8 février 2010

  • SNTRS-CGT, FERC-SUP CGT, CGT-INRA, CGT-IFREMER
  • SNCS-FSU, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU
  • SGEN-CFDT Recherche EPST
  • SUP’RECHERCHE-UNSA, SNPTES-UNSA
  • CFTC-Recherche
  • SUD Education, SUD Recherche EPST, SUD Etudiant
  • UNEF
  • SLR
  • SLU